dimanche 1 juin 2014

Camp désob à la Fajolle du 27 au 30 mai

Fond du puits Damoclès
André dans le puits Damoclès

André à la sortie du premier puits
COMPTE RENDU DU
« CAMP A LA GROTTE DE LA FAJOLLE »
MAI 2014

Rédacteur : Patrick CABROL

Date : Du mardi 27 mai au vendredi 30 mai 2014

Localisation : Grotte de la Fajolle à Courniou

But : Poursuite de la désobstruction

DÉROULEMENT DU CAMP :

DATE : MARDI 27 MAI 2014

Participants : 3
André Languille
Guy Maurel

Temps de travail : 2 heures

C’est à 17H30 que nos amis alpins arrivent au local de Courniou.
Une fois les affaires posées dans les dortoirs et la cuisine, nous organisons rapidement la première séance de travail à la grotte de La Fajolle. Nous rentrons dans la cavité à 19 heures et travaillons jusqu’à 21 heures afin de réaliser la première séance de désobstruction puisque toute la cavité a été sécurisée au cours des précédentes sorties. Il ne reste plus « qu’à descendre ».

Nous finissons la soirée devant un bon feu de cheminée et des côtelettes bien sympathiques, d'ailleurs nous y prendrons goût ! Il est presque minuit lorsque nous allons nous coucher.

DATE : MERCREDI 28 MAI 2014

Participants : 3
André Languille
Guy Maurel

Guy nous réveille à 7 heures afin de partir tôt. C’est un peu plus sympa que le clairon, mais le réveil est et sera toujours un peu dur le matin !

Après le petit déjeuner nous partons à 8 heures pour rejoindre la cavité.

Nous travaillons un petit moment à casser les crêtes des rochers de la piste qui monte à la grotte car ils sont dangereux pour les pneus des voitures. Nous nettoyons aussi le bord du chemin afin de le rendre plus propre et agréable.
Nous ne sommes que trois, alors nous décidons de remonter tous les gravats à la base du puits d’entrée à 5 mètres sous la surface. Il faut normalement au moins 4 personnes pour faire ce travail dans de bonnes conditions, mais nous sommes très motivés…
Nous travaillons ainsi de 9H à 12H15
Nous repartons manger rapidement au local afin de profiter de notre confort. Puis nous faisons les courses à Saint Pons avant de reprendre le travail.
A 15H nous redescendons dans la cavité jusqu’à 18H30.
Nous finissons par remonter tout ce qu’il était possible de remonter. A la fin de la journée le tas situé au fond du puits à –5m est impressionnant puisqu’il mesure environ 1,20 mètres de hauteur sur 1 mètre de largueur. Il était temps d’arrêter car le passage pour la sortie se refermait !

Durant cette journée nous sommes descendus d’environ 1,20 mètres. Une fois tout nettoyé nous reprenons le travail de désobstruction au fond, durant deux heures. Le burinage est très actif et nous vidons complètement quatre batteries. Il est vrai que nous avons encore de la réserve puisque nous en disposons de 8 !

De retour au local nous prenons le dîner lorsque nous avons la bonne surprise de voir arriver à 20H30 le début des renforts du lendemain en la personne de Philippe et de sa compagne Martine, presque en même temps que Stéphane. Nous allons pouvoir bien travailler demain : rendement maximum !

DATE : JEUDI 29 MAI 2014

De nouveau, nous avons le coup de « clairon » à 7 heures grâce à la ponctualité de Guy. Le petit déjeuner pris, nous partons à 8H15 à la Fajolle.

Participants : 6
André Languille
Guy Maurel
Stéphane Vigouroux
Philippe Gouygou
Michel Berbigé

Travail effectué :

Nous mettons en place un flux tendu de seaux pour tout ressortir rapidement. André est au fond, « en pointe » et rempli les seaux qu’il transmet à Guy au-dessus de lui, en tête du puits Damoclès. Stéphane les récupère et les passe à Philippe, à la base du puits d’entrée. C’est lui qui a en charge le contrôle du flux tendu puisqu’il doit donner priorité aux seaux qui arrivent du fond et quand il y a un creux, compléter par un seau qu’il remplit en bas du puis d’entrée. Dehors, Michel et Patrick les tirent et vont les vider quelques mètres plus loin devant la cavité.

Durant cette matinée se sont 147 seaux qui sont sortis de la grotte.

En fin de matinée André reprend son travail au burineur que l’on entend dehors. Heureusement qu’il a un casque sur les oreilles !

Après le déjeuner nous reprenons le travail à 14 heures jusqu’à 17H15 et nous remontons exactement 150 seaux du fond. André reprend son burineur et épuise quatre batteries !

C’est donc 297 seaux qui ont été ressortis ce jour

Le soir, l’ensemble de l’équipe est un peu fatigué mais très heureuse du travail effectué, nous sommes descendus de près de 1,20 mètres au fond du puits Damoclès. Un certain spéléologue en profite pour manger le dos au feu de cheminée, pour son plus grand bonheur !

DATE : VENDREDI 30 MAI :

Fidèle au poste, Guy nous réveille à 7 heures et très motivés par le travail de la veille nous nous levons rapidement pour déjeuner et partir vers la cavité. A 8H15 nous sommes sur place et le travail commence.

Participants : 4
André Languille
Guy Maurel
Philippe Gouygou

Travail effectué :

Durant toute la matinée ce fut une longue séance de désobstruction au fond du puits Damoclès jusqu’à 11H30. Nous sommes allés faire les courses, puis nous avons regardé la source du Jaur. Nous avons cassé la croûte au local avant de reprendre le travail au fond de la cavité. Nous avons alors ressorti 65 seaux de gravats pendant qu’André continuait à casser du cailloux on fond. Il faudra prévoir une séance pour ressortir tout ce qui reste en place.

Nous avons terminé cette journée par un long travail au burineur à l’entrée de la cavité car les seaux accrochent trop souvent le sommet du puits provocant quelques chutes de cailloux sur celui du dessous qui n’a rien demandé ! Travail réussi à 100 pour 100 pour le bord de la margelle en béton mais qu’il faudra parfaire pour le bord droit du puits.

Philippe devant retourner plus rapidement que prévu en famille, nous nous retrouvons qu’à trois pour le lendemain samedi. Nous décidons alors de clore le chantier ce soir car il est très difficile de travailler seulement à trois. A quatre personnes c’est très limite, il faut être au minimum 5 et si possible 6 car celui qui tire les seaux à la sortie fatigue assez vite. A sept on peut assurer un roulement avec un qui se repose.

Notre groupe décide le poursuivre ce chantier cet été et nous prévoyons déjà quelques dates pour voir ce qui ira le mieux pour nous tous.

Pour le lendemain nous décidons de clore cette semaine par une petite promenade dans la grotte de Roquebleue, amont de la grotte de la Fajolle, histoire de nous motiver encore plus, il y a 500 mètres de « vide » entre les deux cavités : à nous de les combler.

CONCLUSION DE CE CAMP :

. Nous sommes descendus d’environ 2,5 mètres, quasiment à la verticale dans le puits Damoclès.
. Nous avons passé pas mal de temps à nettoyer le fond du puits au fur et à mesure du travail car il manque de stabilité et certains blocs rocheux sont « pourris » et partent assez facilement au burineur.
. Il y a du courant d’air dans toute la cavité. Nous le suivons sous nos pieds. Aujourd’hui il est situé au fond d’une fissure de 5 cm en haut et d’une quinzaine de centimètres à 1,5/2m sous nos pieds : il y a encore du travail. Nous espérons seulement ne pas louper un niveau en descendant trop bas ! ! !….Il reste encore du caillou à sortir du fond en vérifiant la stabilité des parois en bas du puits Damoclès.
. Rendez vous est donné cet été, sans doute en juillet en fonction des agendas de chacun, afin de poursuivre le travail

Élargissement dans le puits d'entrée

Tas de déblais

Re-tas de déblais

Fissure soufflante

Fond du puits Damoclès

Guy a la sortie du puits d'entrée

Michel tirant les sceaux (enfin quand t'il travaille !!!)

Patrick tirant les sceaux du puits Damoclès

Philippe sortant du trou

Élargissement a la massette et au burin
PHOTOS : Guy, André et Patrick
Stéphane a l'entrée de la cavité

De gauche à droite : Stéphane, Guy, Philippe, Michel et André

Aucun commentaire: