mardi 18 septembre 2018

Samedi 08 septembre - entraînement sur corde.

Cyrielle ...
 JOURNÉE ENTRAINEMENT


Rédacteur : Patrick Cabrol
Date : samedi 8 septembre 2018
Participants : 3 avec Sébastien Mesme et Cyrielle Marc.
But : Entraînement sur corde
Compte rendu : Afin de préparer les rencontres interclub qui peuvent nous amener à visiter de grands puits et on ne sait jamais si on trouvait une série de P100 à St Pons !!!
Rendez-vous était donc pris chez Sébastien à St Amans-Soult ! Faute de puits la corde avait été installée au sommet d’une pelle mécanique à 10 mètres au-dessus du sol. C’est là que Cyrielle a fait ses premières longueurs en montant et en descendant comme une araignée en plein ciel.
Amusant et original !
... l'araignée sur son fil.
Photos : SCMNE - Patrick

Week-end à Blandas pour le Rassemblement Caussenard 2018.

Un dolmen près de Blandas.
Voici quelques images de notre week-end à Blandas.
C'est avec plaisir que Marièle et moi avons répondu à l'invitation de nos amis gardois, Elisabeth et Bernard,  de participer au caussenard ensemble. Nous en avons profité pour visiter ce coin des causses que l'on ne connaissait pas.
Un grand merci à Elisabeth et Bernard pour leurs gentillesses et leur accueil chaleureux.  


Menhir de Le Quintanel 

Idem

Chevaux sur le causse.

Cirque de Navacelle vue depuis la route de Vissec qui mène à Blandas.

Saint Martin de Londres : la Tour

Les activités dans les arbres.

Les stands marchands et en fond la salle exposition photos.

Un homme des cavernes.

La lavogne de Blandas ...

... et ses nénuphars.

Une oeuvre d'art !!


Un menhir près du village de Rogue. 


Une vue des gorges de la Vis

mercredi 12 septembre 2018

Samedi 8 Septembre - abime de Rabanel

Rédacteur : matthias
Localisation : abime de rabanel, brissac (34)
Participants : 1 SCMNE : Matthias et 3 Passepartrou : A.Théron, J-L Hasbrough et G.Albalat
But : Se faire une belle classique avec du vide.
Durée : 4 heures
Compte-rendu :
C'est le weekend du Caussenard alors c'est l'occasion de se faire une ou deux belles grottes équipées spécialement pour la semaine par le CDS34.
l'arrivée du grand puis sur un énorme éboulli
Je devais rentrer sur Millau ce weekend quand j'apprends dans la semaine que des copains vont se tenter une belle verticale Samedi matin, l'occasion est trop belle, je ferai un détour par St-Martin-de-Londres vendredi soir. La chasse est ouverte, réveil au son des aboimements des chiens dans les remorques, le QG des chasseurs est à 100m du terrain que la mairie nous offre pour camper.
Départ à l'aurore pour éviter les foules attirées par ce superbe rassemblement spéléo. Tout le monde boucle son sac il est à peine 8h30.
La marche d'approche est assez conséquente, après quelques hésitations sur les chemin, on arrive au bord du trou convoité après 30min de marche, heureusement, à cet heure il fait bien frais.
 Petite collation puis harnachement, il est déjà 9h30, on reste néanmoins les premiers à descendre dans l'abime. Quatre ou cinq fractionnements pour descendre les 50 premiers mètres à la lueur du jour, on bascule ensuite dans l'obscurité avec un dernier tronçon de 60m plein vide avec une corde qui yoyote copieusement. On n'est pas mécontent de toucher le sol même si c'est un énorme ébouli instable.

Une fois en bas, on descend l'ébouli jusqu'à la salle Robert De Joly (et oui, notre glorieux ainé est passé par là bien avant nous)
Le réseau inférieur n'est pas équipé, on se dirigera donc vers le réseau sup qui est d'après la description joliment concrétionné. Une escalade de 30m, une descente de 40m, nous voilà dans une salle au relief tout en rondeur. Le lac mentionné ressemble plus à une mare en cette fin d'été mais les traces sur les murs témoigne d'une mise en charge régulière à plus de 4m de haut. Séances photo pour mettre en valeur les perspectives et l'escalier blanc, en haut de la salle, la seconde salle mentionnée est invisible mais quelques traces d'acéto au plafond trahissent la suite. Matthias bénéficie d'une ferme courte-échelle pour escalader le ressaut complètement lisse, en guise de récompense ... une étroiture tellement sévère qu'il est nécéssaire de détacher la jugulaire pour ne pas risquer l'étranglement en cas de chute. deux mètres plus loins, seconde étroiture désobstruée par le club de Lodève une seconde salle comparable à la première se révèle, un écho magnifique et un sol qui scintille grâce à la difficulté d'accès qui limite le nombre de visiteurs.

Sur le retour, on croise enfin quelques spéléos matinaux. Il est déjà 11h30 en haut de l'ébouli, il nous reste 110m avec pédale et bloqueur ! Pour éviter des attentes interminables, le CDS nous a pas mis le P90 plein pot, il a opté pour une bonne dizaine de fractios, un peu frustré de ne pas s'enquillé une grande longueur, on rallongera le temps de remonté à plus d'une heure pour passer un par un tous ces nombreux noeud en essayant de ne pas trop s'emmêler les longes à chaque passage ... récompense de cette laborieuse remontée, avec cinq spéléo sur toute la longeur, et encore deux en bas, la perspective est assez ébouriffante et ça donne vraiment le vertige sur le dernier tronçon plein gaz.
Une fois sortie de l'obscuritée, la remontée des 25 derniers mètres au milieu des fougères et de la mousse est un véritable enchantement :) il y a même un petit figuier qui pousse sur une cascade de tuf suspendue ! Les jambes flageollent un peu sur la roche ferme, 4h d'explo bien sportive et 110m pendu dans le cuissard auront eu raison de mes cuisses, heureusement que ça redscend jusqu'à la voiture.


L'étroiture très sévère qui permet l'accès à la seconde salle concrétionnée

mardi 4 septembre 2018

Samedi 1er septembre 2018 - Désobstruction à la grotte Eddie - Courniou les Grottes

Départ de la cheminée ...
 COMPTE RENDU DU SAMEDI 1 OCTOBRE 2018

Date : Samedi 1 octobre 2018
Localisation : Grotte Eddie – Commune de Courniou les Grottes
Participants : 4 avec Denis Matarin – Patrick Cabrol – Mathias Loiseau – Pascal Hernandez
But : Désobstruction
... derrière sur la gauche. Le becquet rocheux permet de contourner la coulée de calcite.
 Travail effectué :
C’était la rentrée alors nous avions rendez-vous à 10 heures au local avec pour programme « Ballade ou désob… » on ne s’engageait pas à grand-chose faute de programme!... et puis il fut décidé « désob » mais où… il a tellement de chantier en cours ?!?!?!...
On a failli partir aux cartouches mais on était un peu juste en nombre alors on a opté pour le Trou Serre dont j’avais vu le propriétaire la vieille ... ça devrait aller à 4 !… On ne peut pas être sur toutes les désobstructions en même temps, ni tout le monde présent le même jour, sinon il n’y aurait plus assez de place dans les désobstructions !...
Matthias pédalant dans le passage du siège !
 Nous retrouvons vite nos marques pour ceux qui connaissaient le trou et un peu de neuf pour Denis et Pascal qui le découvrent…
Après être arrivé au fond de la cavité... que faire ?... Denis et Patrick lancent des plans sur la comète afin de savoir comment avancer sous le bloc qui ne « tient pas »… il résiste bien ! Pascal prenait des photos en arrière et Matthias qui avait des fourmis dans les jambes au retour de congés et qui était assis sur un drone en partance pour le ciel décida de s’élever dans les plafonds afin de jouer aux chauve-souris… Après avoir failli « rater une marche » il prit position au plafond en position de « siège » et là il s’évertua à se coincer et à forcer le passage car il y avait un petit trou et il voyait derrière que cela continuait… c’est motivant !... il en oublia qu’il n’avait rien sous les pieds, il pédalait tant et plus, mais il finit par forcer le passage… « Ça continue, s’écria-t-il !!! »… oui, mais il était le seul à pouvoir passer, alors comme tout bon spéléo qui se respecte il fut décidé de commencer par casser la croûte et de discuter, devant un verre de rouge, sur la suite à donner.
Denis mort de rire en voyant Matthias pédaler !
Une fois les idées claires le groupe repris le chemin du plafond, Matthias parti en tête. On lui cala bien les pieds et il a commencé à élargir la chatière. Un petit moment après il repassa l’obstacle… il fallut bien élargir par l’intérieur et par l’extérieur car Denis avait oubli ses 20 ans et ses 40kg tout mouillé...... Après quelques jurons que seul connaît bien Denis, il passa, puis ce fut Pascal (sans jurons !!!). Le dernier resta dans l’ombre de l’autre côté pour fignoler la progression car à partir d’un certain moment c’est le rabot qui est nécessaire afin de pouvoir avancer… !
Du côté de la première le « fouinage » commença dans tous les coins et recoins.
La galerie inclinée à 45° .
Après la chatière, le plafond se relève bien (et même très bien) puisque l’on est debout et qu’on trouve une belle galerie dont le sol est encombré de blocs. Elle descend à 45°vers une belle petite salle d’une vingtaine de mètres au fond de laquelle on découvre un magnifique regard sur la nappe peu profonde ce jour… Les plus audacieux ont mis les pieds dans l’eau pour se rendre compte que la botte s’enlise dans 10 à 30 cm d’argile bien liquide… l’absence de maillot de bain et de bouée stoppa toutes les ardeurs. Le niveau de la nappe semble devoir être plus haut en hiver… il faudra revenir voir à ce moment-là, mais on sera sûrement là AVANT !...
La salle terminale.
Après avoir fait de tout de la situation il est évident à première vu que les niphargus doivent mettre leur mini-bouteille de plongée pour continuer !... Je les laisserai faire sans moi!
Quelques ossements de sangliers et de chevreuils sont présent sur le sable, ils prenaient l’air au bord de la plage….
Bref on reviendra pour faire la topographie de tout cela car il y a manifestement du boulot devant nous si on veut avoir une chance de passer, dans ou hors de l’eau ???… à suivre… avis aux sirènes !
La nappe ou le piscine à poissons rouges (siphon ou voûte mouillante amont ?).

Le passage des sirènes (siphon ou voûte mouillante aval ?). 

Essuyer vos pieds avant de rentrer !

Quelques concrétions.

Quelques nonos emportés par les eaux ...

Os sur banquette.

Vue de plus prêt.
PHOTOS : SCMNE - Pascal
Un crâne.

samedi 1 septembre 2018

Juillet et Août 2018 : pendant ce temps là ... à l'est de l'europe



Rédacteur : Matthias
Date : Juillet et Août 2018
Participants : Matthias LOISEAU, Isabelle REVELLAT.
But : tourisme et découverte
Compte rendu :

 Peu d'activité sur courniou cet été pour moi et ma mère mais on n'en a pas moins délaissé la spéléo. Voici un petit aperçu de quelques grottes de Bulgarie et Roumanie. Si on peut retenir quelque chose du karst des Balkans et des Carpates, c'est qu'ils ne font pas dans la dentelle ou la délicatesse comme on est habitué dans la montagne noire ... c'est plutôt rude, froid et géant !!!
Je vous laisse apprécier sur ces quelques images la puissance dégagée par ces monstres de calcaire.
Petit bonus, vous pouvez jouer à chercher isabelle qui pose parfois pour donner l'échelle : )










vendredi 24 août 2018

Activités Juillet-Août, entre deux camps

COMPTE-RENDU D'ACTIVITE
Rédacteur : Jean Bourrely
Date : juillet-août 2018

Four à Chaux : 26/7/2018
Participants : 1
Jean
Durée : 3h
Le camp de juillet est terminé, les copains sont partis. Alors pour moi, objectif du jour, mieux se situer dans le Four à Chaux, qui au premier abord semble labyrinthique. Mais avec un petit croquis topologique (et non topographique), on s'y retrouve très bien. Il faudrait un jour refaire une topo(graphie) car celle dont le club disposait il y a des années a été perdue.

Châtaignier, galerie supérieure et aménagements : 31/7/2018
Participants : 2
Jean, Pierre
Durée : 6h
Aujourd'hui, il s'agissait de poursuivre le travail commencé lors du dernier camp. Nous allons au Trou du Châtaignier avec du matériel : cordes, perforateur, piolet, etc.
Le but est d'atteindre la galerie supérieure, de finir d'aménager les passages difficiles et noter tout cela pour y aller plus facilement les fois suivantes.
Conclusion, pour être à l'aise, il faut 4 cordes; on peut faire sans, mais c'est périlleux. Pour faciliter les choses, nous emmenageons quelques marches dans les pentes, nous installons aussi quelques amarrages.
La galerie supérieure est conforme à la description : bien concrétionnée, contrairement à la galerie inférieure.

Piège à Loup, topographie : 6/8/2018
Participants : 1
Jean
Durée : 2h30
Poursuite de la topo du Piège à Loup, dans les passages aisés, mais aussi moins faciles : la galerie aspirante, chère à Eddie et Philippe, n'est pas très espacée. Avec casque, boussole, carnet et laser, plus les lunettes qu'il faut enlever pour voir de près, c'est un peu la galère.

Piège à Loup, repérage en surface, topographie : 9/8/2018
Participants : 2
Alina, Jean
Durée : 3h
Toujours le Piège à Loup, mais avec Alina qui n'avait pas encore pénétré au delà du couloir surbaissé de l'entrée. Pour commencer, nous testons des talkies-walkies entre la surface et l'intérieur de la cavité : la réception est parfaite. Cela nous surprend car tout le monde pensait que quelques métres de roches suffisaient à interrompre la réception. Nous faisons ensuite un repérage sonore de la galerie parallèle au couloir d'entrée qui revient vers le ravin.
Et pour terminer, un peu de topo : nous prenons notes et faisons le croquis des (relativement) grandes salles d'où partent plusieurs cheminements formant des boucles diverses.

Secteur du Piège à Loup, désobstruction : 11/8/2018
Participants : 2
Alina, Jean
Durée : 3h
Un peu de désob aujourd'hui : on gratte au dessus de la galerie repérée quelques jours avant, puis quelques mètres plus haut. On fait du sport, on nourrit l'espoir de la découverte et on revient plein de poussière.

Sortie initiation à Ponderach (Pont-de-Ratz) : 17/8/2018
Participants : 3
Florence, Antoine et Jean
Durée : 5h
Ce qui n'était au début qu'une petite balade d'initiation, s'est finalement révélé être une sortie complète avec son lot de rampements, d'escalades, de recherches de passages, d'émerveillements devant la beauté des concrétions.
A la sortie ça à l'air d'aller; demain, les courbatures
En effet, la partie aval de la grotte de Ponderach est à mon avis largement sous-estimée et méconnue. On y trouve pourtant de très belles choses, le développement nécessite des heures pour être parcouru et il y a des escalades à prévoir, avec l'équipement adéquat. Plusieurs endroits semblent être des désobstructions anciennes, abandonnées, mais qui pourraient être reprises si on s'en donne la peine. Il faut absolument y revenir, prendre des photos, et retrouver une topo un peu plus détaillée que celle que nous avions ...

Désobstruction et topo : 19/8/2018
Participant : 1
Jean
Durée : 6h
Aujourd'hui je suis seul. J'en profite pour retourner sur le lieu des derniers exploits des camps de juillet et août. D'abord, je gratouille un peu aux Cartouches, ce sera toujours ça de fait, histoire de voir où ça continue. Résultat : ça continue, mais il y a du boulot. Je note en surface tous les points connus de la zone; ça peut servir.

Puis, je continue la désob en surface entamée avec Alina, face au Piège à Loup : ça défoule, on voit un peu, et avec de l'imagination, on sent un petit courant d'air. Tout cela est bien, encore du boulot pour les 10 prochains camps.

Simple visite et topo au Piège à Loup : 22/8/2018
Participants : 3
Jean, Florence et Pierre
Durée : 2h30 
Nous voulions aujourd'hui montrer à Florence la dernière petite découverte du club et lui faire partager les étapes de la découverte, de la désobstruction, de la préservation, etc.
Pierre à la peine, et ça vous fait rire ?
Une petite visite au Piège à Loup s'est terminée par un petit tour en surface de toutes les cavités explorées ou à explorer de la zone. J'en ai aussi profité pour compléter quelques points de la topo, mais il reste encore du travail ...






Du 12 au 17 août 2018 - Camp spéléo à Courniou.


Grotte des Cartouches : Eddie et Jean a 10m de l'entrée. Gros sourires ... ça passe pas ... mais ça continue !
 COMPTE RENDU DU CAMP SPELEO A COURNIOU
DU 12 AU 17 AOUT 2018

Dimanche 12 août 2018 : Arrivée
Participants :
Patrick Cabrol, Eddie Serre, Christian Scotto, Jean Bourrely, Alina et la famille Bourrely (Pierre, Laure-Line, Charlotte, Astrid)

Patrick arrive à midi et vide les courses au local avant de partir à la Devèze où il y faut voir des petits problèmes techniques au musée.
Eddie et Christian arrivent à 18H30 vident leurs affaires et nous partons immédiatement chez Jean à St-Pons qui nous attend pour la piscine et l’apéro… c’est un très bon début de camp.
Nous arrivons chez Jean à 19H et après un petit apéro c’est place à un bon bain pour certains.
Durant le repas nous voyons de ciel se couvrir au Sud, puis devenir noir. Les premières lueurs d’éclairs nous parviennent et peu de temps après nous décidons de rejoindre le local alors que les premières gouttes commencent à tomber.

Nous rentrons juste « à la maison » lorsque le ciel se déchaîne, non pas en bruits mais en lumière. Il y avait tellement d’éclairs que l’on aurait pu lire son journal sans rien d’autre. On voyait les éclairs réunir les nuages mais exceptionnellement descendre vers le sol. Durant une bonne demi-heure un bon déluge s’est abattu devant nous pour notre plus grand bonheur et celui de la végétation qui avait très soif. Ainsi se passa notre première nuit, dans le bonheur de la fraîcheur retrouvée !
Pierre : "vous ne faites rien au fond ! J'attend !!
 Lundi 13 août – Matin-
Le soleil est revenu et le petit vent d’Ouest chasse les derniers nuages de la nuit. La température est idéale !
Participants : 5
Patrick Cabrol, Eddie Serre, Christian Scotto, Jean Bourreley, Alina

Compte rendu
Réveil à 8 heures
A 9 heures Eddie et Christian partent faire quelques courses complémentaires à St Pons. Jean et Alina arrivent à 9H30 et tout le monde se retrouve au local à 10 heures. Départ pour la désob pendant que Patrick va à la grotte de la Devèze pour effectuer quelques entretiens de vitrines au musée.

L’équipe monte directement au trou des Cartouches. Jean est au fond et regarde le « paysage ». Il voit un creux sous le plancher de calcite terminal. Il creuse dessous pendant que les autres font une séance d’éclateurs. Tout marche bien et il est prévu de ressortir les déblais l’après-midi car il manque un bidon.
Ils descendent ensuite au fond du vallon et découvrent 15 m plus bas un petit trou qui souffle bien et frais.
Pour finir, détour pour l’observation des trous découverts par Jean et Alina dans la semaine

Retour au camp à 14H. Casse-croûte -  
Je suis épuisé !
 Lundi 13 août – Après-Midi –
Participants : 5
Patrick Cabrol, Eddie Serre, Christian Scotto, Jean Bourreley,

Compte rendu :
Nous partons à 16 heure, direction la grotte des Cartouches. Jean part au fond, Eddie derrière lui, Christian au virage et Patrick qui tire les seaux. Il a fallu allonger les cordes de la gamattes qui fait les allers et retour. Le fond du chantier est à 15/20 mètres de l’entrée. Au total 32 gamattes sont remontées.
Patrick veut pointer au GPS le trou découvert ce matin. Christian l’envoie dans une fausse direction, ce qui lui permet de repérer 3 autres petits orifices de 20 à 30 cm de diamètre, non connus du club, comme quoi il faut faire confiance à la Vie !

En fin d’après-midi nous partons voir ce nouveau trou afin de voir si on peut y faire quelque chose. Nous passons une bonne heure à jouer de la barre à mine, de la masse et du burin, mais il ne s’est pas rendu facilement. Nous verrons demain.
Retour au local à 20H45. Direction la douche, puis l’apéro !
Heureusement que la jeunesse s'y est mise !
 Mardi 14 août – Matin –
Tout le monde est sur pieds dès 7H30, que se passe-t-il !
Participants : 4
Patrick Cabrol, Eddie Serre, Christian Scotto, Jean Bourreley,

Départ à 9 heures de Christian, Jean et Eddie pour désober dans notre nouveau petit trou d’hier. Durant ce temps Patrick va voir le maire pour échanger sur divers dossiers.

Dans notre petit trou l’équipe commencer par enlever le bloc qui était sur l’entrée. Pour cela nous avons dû utiliser la grosse barre à mine du club (nous la nommons « la 200 balles » car elle nous a coûter 200 francs il y a de nombreuses années !). Il faut ce la porter ! Elle a bien rempli son rôle et le rocher a fini par céder. Nous n’étions pas plus avancés car l’orifice soufflant était vraiment impénétrable et en plus un peu remontant !...
Du coup l’équipe a débrayé à deux mètres à gauche et s’est retrouvé au-dessus du premier trou. Un coup de perforateur avec une mèche 14 mm a permis de percer et de retrouver le premier trou, ce trou a été un peu élargit pour passer le bras.
Les deux trous soufflent de l’air froid, mais là il va vraiment falloir jouer des éclateurs car c’est en pleine roche massive et c’est étroit. Une photo prise à bout de bras a permis de voir qu’une petite galerie de 20 x 30 cm part plein massif... à suivre, mais « au boulot «les copains » !!!!!!
Retour au local à 13H45
Ils ne font rien, heureusement que je suis là !!
 Mardi 14 août – Après-midi –
Participants : 6
Patrick Cabrol, Eddie Serre, Christian Scotto, Jean Bourrely, Pierre Bourrely, Astrid Bourrely

Nous partons tous à 15H45 au trou des Cartouches afin de poursuivre la désobstruction.
Nous sortons 25 gamattes et la progression continue dans les remplissages. On a traversé des planchers stalagmitiques, des argiles calcifiées. C’est étroit mais on avance difficilement. Ce n’est pas large du tout mais l’espoir est devant nous….!!!

L'équipe du jour.
Mercredi 15 août – Matin
Participants : 4
Eddie Serre, Christian Scotto, Jean Bourrely, Pierre Bourrely
. Eddie et Pierre vont à la grotte du Piège à Loup que Pierre ne connaît pas encore. Ils visitent essentiellement tout le fond de la cavité pour voir si cela ne continue pas quelque part. Pierre découvre un cavernicole d’occasion car ce n’est manifestement pas son habitat, il a du se perdre dans le coin. Ils passent par la « mare au sangliers » mais ils pensent qu’il faudra revenir voir la « Galerie de Matthias » où on observe une sorte de réservoir d’eau, à sec aujourd’hui, de 1,20 sur 3 à 4 mètres de long. A son terminus on voit un petit trou 30 cm de diamètre qu’il faudra revenir voir, cela semble intéressant.

. Jean et Christian partent dans la grotte du Châtaigner. Ils font une inspection générale de la cavité. Les premiers équipements mis en place par Jean se montrent très efficaces, même s’il faut continuer à en placer pour sécuriser certains passages. La cavité mérite un bon petit balisage de protection à certains endroits. Il faudra reprendre les travaux de désobstruction au tiers avant le fond de la galerie supérieure qui est rectiligne, côté Nord. Cela semble continuer…

Conclusion de cette sortie double : il faut continuer à creuser dans les deux endroits trouvés dans chacune des cavités.

Retour au camp pour l’équipe du piège à Loup à 14H30 et à 16H30 pour le Châtaigner.
Le fond ... ça continue !!!
Mercredi 15 août – Après midi :
Participants : 3
Patrick Cabrol, Eddie Serre, Christian Scotto
Vu que l’après-midi est très avancée nous décidons de faire une petite sortie « cool ». Nous partons au Gouffre Robert. Nous entendons de l’eau qui coule entre les blocs. Hélas nous ne sommes pas des anguilles alors on va voir les autres petits trous du coin. Le trou Robert 1 d’où s’échappe un bon courant d’air froid, puis le trou Robert 2 d’où s’échappe aussi un bon courant d’air froid et qui est un peu pénétrable sur 10 mètres. Christian et Eddie pénètrent dans l’ouverture et fouine une nouvelle fois. On perd le courant d’air rapidement …mais d’où vient-il ! Après 10 mn là-dedans ils ressortent, déçus.
Entrée de la 200 balles.
 Jeudi 16 août – Matin
Participants : 4
Patrick Cabrol, Eddie Serre, Christian Scotto, Jean Bourrely, Denis Matarin

Eddie, Christian et Jean partent au « Trou 200 balles » afin de poursuivre l’élargissement de l’entrée supérieure du trou. Une fois de plus ceux qui ont écrit que le calcaire était une roche tendre ne sont jamais venus à St Pons !!! Au bout de trois heures de travail à la barre à mine (« la 200 balles ») l’équipe avait agrandi l’origine qui était passé de 20x10 cm à 40x10 à 15cm. Pas top du tout, mais nous avons au moins pu passer un appareil de photos afin de voir ce qu’il y a. Nous n’avons pas découvert les grands boulevards !!! Retour au camp à 14 heures comme tous les jours.

Durant ce temps Patrick et Denis vont à la grotte de la Devèze afin de visualiser les projets de travaux du nouvel aménagement projetés par la commune. Cela nous donne des idées pour la suite avec des désob… Elles seront proposées au club et à la mairie.
200 balles : ce serait bien si cela ne faisait pas 20 cm de large.
 Jeudi 16 août – Après-midi
Participants : 4
Patrick Cabrol, Eddie Serre, Christian Scotto, Jean Bourrely, Denis Matarin
Nous partons tous à la grotte des Cartouches afin de tirer quelques gamattes de plus. En fin de journée nous en avons tiré 29. Nous avons avancé de 2 mètres en longueur et 1,5 en profondeur. Ça continue mais il va falloir des bras  pour faire de la place et avancer car la galerie semble large mais pas haute et bien comblée!!!!
Dans le Trou Roger.
 Vendredi 17 août 2018 – Matin :

C’est le départ d’Eddie et de Christian à 10 heures appelés à d’autres travaux : une bonne paella familiale le soir pour Eddie.
Jean et Patrick profitent de cette matinée pour continuer la pose du placoplâtre au second étage du local. Ils finissent le demi-mur de gauche en arrivant là-haut. La suite est prévue très vite. Il va vraiment falloir terminer cette pièce afin de pouvoir commence à ranger les archives du club !
Un visiteur dans la grotte du Piège à Loup.
 BILAN DU CAMP :
Nous n’avons pu mener à bien tous les objectifs du camp mais cela devient une habitude :
Malgré le petit nombre de participants :
. Nous n’avons pu faire aucun travail dans le Trou Dyson qui est pourtant très intéressant.
. Nous n’avons pas pu aller travailler dans la grotte Larquet, pourtant bien placée
. Nous avons pu entrevoir une possibilité de prolonger un peu la grotte du Châtaigner
. Nous avons pu localiser en surface le terminus de la grotte du Châtaigner à un ou deux mètres près.
Nous avons trouvé une petite cavité à cet endroit. Il faut creuser !!!
. Nous avons pu entrevoir la possibilité de prolonger un peu la grotte du Piège à Loup
. Nous avons bien avancé dans la grotte des Cartouches. Nous avons progressé de 5 à 6 mètres et sommes descendu de 1,5 à2 mètres. Au terminus : léger courant d’air…. ON CONTINUE !

Après un camp en février, avril, juin, juillet et août en 2018 (un record !) le prochain camp devrait avoir lieu au plus tard à la Toussaint, s’il n’y en a pas un autre en plus d’ici là !
Piège à Loup : l'espoir ...

Piège à Loup : fistuleuse de calcite rouge. Tu connais !
PHOTOS :  Eddie et Christian.
Placoplatre 2° étage : suite et pas fin (mais c'est pour bientôt dans cette pièce.