mardi 4 juin 2024

3 Mai 2024 - Sortie sur COURNIOU

Rédacteur : Pascal
Localisation : Courniou
Participants : 2 : Frédéric, Pascal (SCMNE)
But : Observer le « trou Eddie » et la Croix afin de déterminer les prochaines désobstructions.
Durée : 5h (les deux grottes cumulées)

 

Frédo était chaud pour aller se pourrir sous terre. Ok, ce ne sera pas l’explo du siècle, mais je lui propose ces deux cavités parce que moi je crois à la jonction possible et parce que certainement il y a quelque chose de plus gros quelque part dans cette montagne. Allons observer...

Je veux filmer dans le 1er siphon du trou Eddie ; obligé de me foutre à l’eau pour mettre la caméra (j’avais déjà filmé et avais observé un joli vide sous la voute). La flotte est gelée et comme un crétin j’ai oublié de mettre en mode vidéo : le temps de m’en apercevoir et de retourner à l’eau ; cette dernière était brouillée par la boue… Grrr !

Je pense savoir parfaitement comment et où attaquer !

La grotte Eddie, est pour le moment peu développée et nous sortons rapidement. Je cours jusqu’à la voiture me changer ; je suis une éponge. Une fois changé je rejoins Frédo qui attendait à l’entrée du « trou Eddie » et nous nous dirigeons vers « La Croix " à quelques 300 mètres de là...

 

Entrée de La Croix.
Équipement pour la descente des ressauts.
Nous fonçons jusqu’au fond de l’aval.
Montée du plan vertical à la pédale.
Montée de la cheminée.
Descente du puits (il faudra absolument faire une déviation car cela frotte par moment et par endroits).
Observation du lac.
Observation du début de désob.
Remontée.
Course jusqu’à la partie amont.
Descente dans le lac et passage sous une grosse voute ; c’est tout simplement magnifique !
L'eau est toujours aussi brutalement froide...
Parcours d’une galerie parallèle.
Frédo est bluffé par l’ancien forage et l’énorme tube de diamètre conséquent qui plonge depuis le plafond jusqu'au fond du lac aux eaux vert émeraude.
Je constate aussi dans cette partie, des possibilités de désob…
Nous remontons...
Nous nous changeons sur le parking.
Local.
On mange, et pour ma part je n’avais rien ingurgité depuis la veille ; pour le coup j’avais la dalle !
Mon sandwich de chez Bisetto et un peu de la salade composée de Fredo, m’auront rechargé les batteries. Quant à la « 3 Monts », ben, très antidépressif !!!
Je ramène Fredo chez lui…
 


 
Le dernier lac (pour le moment ?) après l'aval...
Remontée de la cheminée par Frédo...

 

dimanche 2 juin 2024

Sorties et autres, du mois de mai 2024

Rédacteur Pascal

 

1er mai 2024

Grotte de la Trayolle.

Participants : Maïwenn, Héléna, Pascal

TPSS : 3h.

Nous décidons d’aller faire un tour à la Trayolle, mais surtout pour qu’Héléna et Maïwenn se rendent compte que près de chez eux se trouve une cavité très intéressante et connue de beaucoup de spéléos de toutes les régions. Aussi parce qu’Héléna et Maïwenn veulent tout simplement faire une sortie… OK. Crapahutage de la montagnette, descente dans le petit vallon et remontée sur le versant qui nous mène à l’entrée… On s’équipe et nous pénétrons à l’intérieur de la terre… Le but étant de leur montrer le « potentiel » de la grotte et descendre le grand pentu pour Héléna. Lorsque nous arrivons au niveau de ce dernier, nous commençons à équiper avec les cordes. Seulement le temps de mettre en place les amarrages etc., il fait froid et Héléna a tôt fait de se refroidir à attendre là sans pouvoir rien faire ; d’autant qu’il faut équiper le relais un peu plus bas… Bref, quand tout est équipé, Héléna est en l’hyperthermie foudroyante, nous nous jetons sur elle, la fouettons avec une corde jusqu’au sang pour la réchauffer…  Mais noooon ; bullshit !!! Cependant, elle peste contre ce maudit froid qui l’envahit (un peu, certainement, contre nous et notre lenteur aussi…). Allez, on descend le pentu, nous nous dirigeons vers la gauche car je veux juste leur montrer le départ de la faille pour une suite assez sportive qu’on fera une autre fois… Entre-temps je refile à Héléna mes barres protéinées et mon Red Bull. La remontée du pentu est avalée par Maïwenn et Héléna sans problème. Redescente de Maïwenn dans le pentu pour débloquer la corde coincée dans une arête. Retour au local, discussions et bière…

Il n’y aura pas eu de boyau étroit ni de chatière sévère pour Héléna qui dans une autre vie devait être un hamster ou un truc approchant ! Une autre fois lorsque nous pousserons jusqu’au triangle !!!

 

Maïwenn en bas du pentu


Héléna qui sourit mais se les pèle en vérité !

4 mai 2024

 

Participants, SCMNE et AMES:

 

Accompagnateurs : notre groupe : SCMNE et AMES : Claude, Natacha, Pascal. (Autre groupe Katy)

 

TPSS : 4h15.

 

Denis et Marielle toujours présents à Aldène.

Notre groupe est composé de plusieurs personnes non spéléos ; ils sont là pour connaître cette grotte mythique par sa configuration archéologique et bien sûr sa fameuse « salle des pas ». Jacky donne les premières explications géologiques de la grotte et sa zone alentour. Puis c’est la traversée de la grande galerie jusqu’à la minuscule porte Cathala. Ensuite, la descente se fait aisément, car si c’est étroit ; la faille est bien équipée. Natacha donnera également quelques explications durant le trajet jusqu’à la salle des pas où le maître des lieux / P. Galant prendra le relais pour remonter le temps et laisser les visiteurs rentrer dans un monde que les archéologues tentent d’arracher à l’oubli…

Quelques heures après, c’est la sortie.

 

Et rassemblement sur le plateau, entre arbres et arbustes, pour l’apéro final ; comme il se doit sur la planète spéléo…

 



 

5 mai 2024

Grotte de la Trayolle
Sortie initiation
Participants : Anaïs ; Natacha, Pascal, Samuel et Joris.
(Voir compte rendu précédent)

 

8 mai 2024

Participants : Pascal.

TPSS : 2h30

Sortie Lauzinas pour prendre des photos de l’échelle d’entrée et faire un compte rendu à Sébastien. Et à y être;  petite descente en direction "des champignons" et vérifier quelques ancrages… Un sac plastique bleu se trouve en bas dans la faille près des échelles, il faudrait aller le récupérer, mais en même temps il serait plus prudent d’y descendre avec quelqu’un en haut…

Le cadenas de la porte est devenu plus « souple », pour le coup je galère moins pour la refermer…

 

9 mai 2024

Équipement de la Grotte de la Trayolle en vue du congrès FFS à Sorèze.

Participants : SCMNE : Natacha, Pascal. SRSASR : Julien.

TPSS : 10h30

Le trajet jusqu’au réseau de la migraine avec tous les kits remplis de cordes, mousquetons, maillons rapides, perfo etc. bonjour ! Avantage : on dépose du matos au fur et à mesure que nous avançons et nous nous allégeons par la même occasion… Hélas, il se passera l’effet inverse lors du déséquipement…

Julien revoit quelques ancrages et en double certains. Norme FFS oblige ! Il est vrai aussi que certains passages nécessitent une sécurisation accrue si l’on ne veut pas prendre le risque de glisser et se retrouver 10 mètres plus bas… Natacha en profite pour se perfectionner dans les équipements : « Pas mal les lunules au perfo avec passage de dyneema et raccords de corde avec nœud de « tisserand » !

Le goulet de la « chatière en triangle » est marrant à passer ! Spéléos en surpoids : à oublier !

Après la chatière, la dernière difficulté se trouve être l’escalade du ressaut par Julien ; Natacha préfère ne pas tenter, car la fatigue se fait sentir et nous n’avons plus de corde pour sécuriser. Je décide de rester avec elle. Julien va faire un petit tour dans les éboulis et jeter un œil dans la grande salle… Quant à moi, dans les jours à venir, je reviendrai donc équiper cette dernière portion … La Trayolle, dans sa partie aval, est à présent équipée comme jamais elle ne l’a été auparavant (rire) ! Mais ce sera juste pour quelques jours, le temps du congrès ; on ne peut pas laisser tout le matos en fixe, car la grotte est d’accès facile et ce ne serait pas la première fois où du matériel « disparaitrait »…

Lorsque nous sortons, il fait nuit… Retour au local. Nous grignotons deux bricoles, buvons un peu de bière, il faut faire vite ; Natacha et moi avons encore pas mal de route à nous taper…

 







11 mai 2024

Fin d’équipement de la Trayolle.

Participants : SCMNE : Thomas, Pascal.

TPSS 8h30

Nous balisons la piste menant à l’entrée de la cavité en entourant les arbres ou les branches avec des liserés fluo tous les 10/15 mètres. Nous plaçons également, avec des cordes réformées, quelques mains courantes dans les portions les plus glissantes et abruptes du coteau (ces cordes resteront d’ailleurs en place après le déséquipement).

Thomas ne connaissait pas cette partie de la grotte. C’est la descente de la faille qui pose problème, ou plutôt sa remontée. C’est étroit et alambiqué. Il n’y a presque pas d’amplitude pour bien utiliser la pédale et la poignée.

Après un dédale d’étroitures et de roches acérées, nous arrivons au « triangle ». Ça passe sans grosse difficulté, mais en forçant tout de même… Par contre, l’escalade du dernier ressaut est ardue, très peu de prises, ça glisse sa race et faut pas se casser la gueule… Même si ce n’est pas très haut c’est suffisant pour se péter quelques os. Voire plus… L’escalade faite et une fois en sécurité dans le recoin, je trouve une toute petite concrétion autour de laquelle je passe une sangle et j’y mousquetonne la corde qui restera en fixe même après le déséquipement. Thomas monte, mais ses chaussures rendent l’âme, la semelle se fout le camp, du coup, il n’ose plus avancer de peur de se retrouver pieds nus et il y a du chemin à se taper pour le retour… Donc, il reste dans les derniers éboulis pendant que toto fonce dans le sinueux parcours entre les blocs en tirant le fil d’Ariane jusqu’à l’embouchure donnant dans la grande salle ; grande n’est pas le mot ; plutôt gigantesque ! Je gueule et la résonance se fait aussitôt entendre… J’explore un tout petit peu, mais reviens vite pour ne pas impatienter "pieds d’argile"…

Le retour se fait rapidement. Le puits est remonté plus vite qu’on l’imaginait…

Patati et patata, bière et retour chez nous !


Après 8h30 sous terre on a droit à une bière bordel !

 


18, 19, 20… mai 2024

Congrès national de la FFS à Sorèze

Denis et Marielle sont là ainsi qu’Anaïs notre Présidente et Julien…

Les veinards (Anaïs et Julien) ont eu de beaux cadeaux : des lampes Stoot de chez nous et des casques… Pour mézigue pas d’anniv ni rien, mais je me fais plaisir (nécessité surtout) avec une poignée Petzl ; la bestiole est petite et légère !

Il y a des stands de partout et bien sûr ceux des marques les plus connues du monde spéléo : Petzl, AV, Cévenne Evasion, Scurion, Méandre Technologie, Camps, et tous les autres…

 Ah, Denis est grand électeur, parce que c’est aussi l’AG de la FFS.

Je rencontre une connaissance spéléo, Anna du GSBM. Petite retrouvaille sympa ; et pour le coup nous décidons de rester en lien pour de futurs échanges interclubs. Entre-temps elle est élue pour le CA et devient par la même occasion vice-présidente ; je suis super content pour elle qui n’en revient d’ailleurs pas ! (Merci Denis !)

Sinon, nous rencontrons tous les spéléos de tout l'hexagone… et ça papote spéléo évidemment !

Quelques averses… Le repas du soir est transféré à la salle des fêtes puis c’est le concert d’un petit groupe (qui joue de l’AC/DC pêchu) qui termine la soirée ; pour ainsi dire tard dans la nuit. Lili et Alain de la SMSP sont là aussi.

Je reprends la route une fois le concert terminé…

 

AG FFS. Denis se trouve quelques part là dedans...

Méandre Technologie ; mieux que Scurion !

Alain, bénévole, de la SMSP

Liléa de la SMSP

Miam miam !




Face à Denis, Anna du GSBM future VP !

Anaïs notre Présidente et JM que l'on ne présente plus !

L'ancien Président du SCMNE Denis et sa femme Marielle






Pour finir la soirée du 19.

Après il y avait la route à reprendre en pleine nuit... Mais même pas peur et pas même des dragons ! Enfin si un peu...)



24 mai 2024

Local

Patrick est venu pour que l’on donne un coup de peinture, histoire d’avancer dans les travaux de la salle des archives du club. Il a d’ailleurs rapatrié de chez lui des cagettes de docs.


 


25 mai 2024

Déséquipement de la Trayolle et exploration…

Participants : Charlotte, Loïc, Pascal.

TPSS : 8h30

Le plus dur ; tout déséquiper… C’est parti : descente du pentu, pataugeage dans des gours remplis, descente de la faille, descente du ressaut, passage des étroitures et jurons sur la mère de ces putains de pierrailles qui se rappellent aux genoux et coudes… Puis c’est l’arrivée à la fameuse chatière en triangle… Loïc passe en premier ; je le suis, mais c’est Charlotte qui galère un peu, de plus la guerrière ne veut aucune aide, l’humiliation pour elle !  Elle s’y reprend à plusieurs fois, cherche le bon angle et finalement passe… D’habitude si discret, si calme, si modéré, je suis battu par Loïc à la Trayolle par le nombre de fois qu’il aura pesté et balancé des  e***** de tous les côtés…

Nous débouchons dans la grande salle. C’est trop top ! C’est grandiose ! Nous escaladons les énormes blocs qui sont carrément des bouts de montagne… Ensuite, nous descendons un grand pentu de calcite qui sera galère à remonter. Tout en bas, sur la droite, presque invisible : un passage… Nous l’empruntons, c’est étroit, très étroit et nous débouchons dans une petite salle avec des concrétions sublimes : les aragonites jaunes. Je suis obligé de sortir la GoPro et filmer ces petites merveilles ! C’est le petit cadeau… pour ce qui nous attend !

Puis il faut bien reprendre le chemin de retour…

Le petit puits/cheminée va être le premier au déséquipement ; Loïc descend les 4/5 mètres et c’est au tour de Charlotte -et le problème arrive, le truc tout con, merdique ; ses cheveux se sont pris dans le descendeur à un/deux mètres du sol. J’essaie d’en haut de lui faire placer la poignée au-dessus du descendeur, mais elle ne peut pas regarder, elle ne peut pas tourner la tête ; elle se trouve complètement coincée… Toujours est-il qu'elle ne panique pas ! Pas la peine de réfléchir deux heures, je me sers de la main courante que j’ai libérée pour descendre en double, me mettre à sa hauteur, l’accrocher à ma longe courte, placer la poignée au-dessus de mon descendeur, d'un autre côté Loïc arrive à la coller contre une vire, ce qui réduit la force de gravité, je me lève sur la pédale et je la soulève le suffisant pour me permettre de lui ôter son descendeur et tant bien que mal j’y arrive, je l’ouvre, et je lui retire les cheveux coincés. Je n’ai plus qu’à la descendre…

Ensuite, je remonte. Enlève la sangle, les nœuds etc. Je passe la corde derrière une petite stalagmite et Loïc amarre la corde à son baudrier de manière à ce que je puisse descendre sur l’autre bout. Une fois en bas, je rappelle la corde. Et… Eh merde, j’ai oublié mon kit en haut ! Je remonte en escaladant, récupère mon kit, replace la corde, descends et rappelle à nouveau cette dernière… ARF !

Au fur et à mesure que nous progressons, les kits s’alourdissent ; d’autant que les cordes qui ont séjourné pas mal de temps dans la grotte très humide pèsent à présent le double. Charlotte et Loïc déséquiperont quelques secteurs. Là aussi, la remontée de la faille pourtant étroite se fait sans trop de problèmes…

Une fois sortis, nous enlevons également tout le balisage « fluo Barbie » que Thomas et moi avions accroché ici et là dans le chemin sinueux montant jusqu’à l’entrée de la grotte.

Au local nous attendent bière et chips ; putain que ça fait du bien !

Nous sommes éreintés.

Mais content d’une journée... vraiment pas comme les autres !

 

Loïc en pleine remontée de faille étroite

Whaou !!!




Ah "le triangle" !

Charlotte qui remonte la faille : de la gnognotte !





27 mai 2024

Sortie au Lauzinas.

TPSS : 7 h

Nous accompagnons les Anglais et un Ecossais…

On nous avait dit que certains parlaient français quand en vérité à peine si deux savaient prononcer : « merci » et « bonjour » et guère plus. Katy s’en sort un peu mieux et arrive à placer quelques mots… Katy, là-bas, en tête d’un groupe, et moi fermant la marche, lorsqu’on me demande quelque chose, comment expliquer ce que je ne comprends pas ? Une chose c’est lire l’anglais (j’ai tout mon niveau sixième tout de même…). Mais lorsqu’ils parlent, ça devient incompréhensible. Pourtant nous arrivons à rire d’un humour que tout le monde comprend sans les mots, ou si peu… Curieux ! Bref, on les emmène dans les parcours classiques ; les champignons et les « carottes » où ils font crépiter les appareils photo… Nous nous arrêtons Katy et moi pour manger ; elle me dit : - « tu sais, les Anglais ne mangent pas à midi, ils se gavent le matin d’œuf et de saucisses et mangent le soir c'est tout ! ». - " Ah !" Effectivement, je les vois sortir quelques minuscules petits paquets de biscuits ; ils ne mangeront que ça et du bout des lèvres ! Pour finir, c’est la remontée des échelles, la sortie où il fait encore jour. On se salue, ils nous remercient chaleureusement, nous échangeons nos adresses mail… Ils sourient à pleines dents, ils semblent vraiment contents de cette sortie nos mangeurs de biscuits ! Nous aussi nous sommes contents de leur avoir fait partager cette magnifique cavité : Le monstre de l’hérault !

 

En direction du Lauzinas...





"Les Carottes" !

 ***