mercredi 30 mai 2018

Dimanche 20 mai 2018 - Grotte des fées à Nîmes

 COMPTE RENDU VISITE A LA GROTTE DES FÉES A NÎMES


Rédacteur : Pascal Hernandez
Date : 20 mai 2018
Participants : 1 Pascal Hernandez
Durée : 1h et demie le matin



 
[En 1881, la société d’étude des Sciences Naturelles organisa une véritable exploration scientifique de la grotte ; plus tard M. Mazauric en dégagea l’entrée après avoir fait sauter des quartiers de roches et des stalagmites qui recouvraient des ossements de l’époque quaternaire, à la suite de ces travaux il put en dresser un plan complet que l’ouvrage du docteur Doumergue reproduit.]

Le 18 (mai) je suis descendu à Nîmes amener ma fille à la Feria; mais j'avais des intentions ! Depuis pas mal de temps déjà j'avais la forte envie d'aller revoir ma première grotte, ma première exploration spéléo de ma vie, vers 1971, 1972... ça ne s'oublie pas, un peu comme la première copine ! Malgré que pas mal de choses avaient changées en plus de 40 ans : maisons ici et là, un espèce de canal creusé là bas, bref, oui, pas mal de choses avaient changées. Ceci dit, au bout de 20 minutes, l'entrée était retrouvée derrière un amas de buissons et d'arbustes en flanc de colline. Mon beau-frère m'accompagne par contre il préfère rester dehors; il est claustro mais fait du parapente (!). Juste avant de pénétrer dans le boyau caché derrière un bloc tout au fond de la caverne mon beauf me demande si je n'ai pas peur que tout s'effondre sur ma tête ; comment lui expliquer que statistiquement je gagnerais 10 fois au loto avant que le plafond ne s'écroule sur mon crâne?


L'Entrée.
Je rentre à 4 pattes, c'est plein de pierres qui dérouillent mes rotules; va falloir que je les achète ces genouillères ! Je passe un autre petit passage, un boyau inondé, et je me mouille presque jusqu'à la ceinture parce que je dois avancer accroupi.

 Boyau inondé


Puis j'arrive dans une salle où sur la gauche, au dessus d'un ressaut, se trouve une autre petite salle avec un petit gour. La grotte est dévastée, mais déjà, à mon époque, elle se trouvait en piteux état, en tous les cas moins sale, moins jonchée de détritus qu'aujourd'hui. D’ailleurs, dans une salle, sur le côté, en bas au fond d'une faille, on peut parfaitement voir des canettes de bière cassées : ça met en colère ! Sans compter les sacs plastiques qui trainent dans tous les coins, des fils noirs étranges, ainsi que d'autres saletés innommables !

Les S******** !

 Je continue, je monte et descends d'autres petits ressauts, change les piles de ma lampe, et enfin, j'arrive à la fameuse chatière qui m'avait posé quelques difficultés et quelques peurs aussi pour la franchir : je n'avais que 10 ou 12 ans et j'étais tout seul et personne ne savait où je me trouvais à ce moment là (exemple à ne pas suivre évidemment) ! Je m'aperçois que des blocs ont été cassés sur le haut de l'étroiture. Cette chatière est en pente descendante et pour y accéder, avant, en rampant, il faut se contorsionner à travers d'une espèce de "S" assez étroit. J'essaie de passer mais impossible; je suis bloqué au niveau des fesses (D'ailleurs je me suis remis à faire du jogging car ces derniers temps je ne pratiquais presque plus, et je m'épaississais...).

La chatière...
Je râle, car j'aurais voulu récupérer le "petit papier" sur lequel j'avais écrit un mot, puis que j'avais enroulé dans un plastique et caché dans une anfractuosité de la paroi de la dernière salle. Un petit mot pour dire qui avait pénétré dans cette salle ultime. Salle, si je me souviens un peu, se trouvait difficile d’accès puisque dans le plafond. Mais ce sont des souvenirs très lointains... C'était, oui, en 71/72 !

Sympa
Il reste quelques joliesses à regarder...
Le saccage d'une grotte, Grrr...
Autre saccage !
 Marche arrière, puis je retrouve la lumière et la chaleur de ce 20 mai. Le soleil dans le ciel sourit à pleines dents ! Mais je reviendrai chercher ce "petit papier", en espérant que personne ne l'ait trouvé et jeté...

















Aucun commentaire: