mardi 15 août 2017

Jeudi 10, vendredi 11, samedi 12 août - travaux au local et désobstruction au Portable.

Pierre a la pose des plaques.
 
COMPTE RENDU DES TRAVAUX
DES JEUDI 10, VENDREDI 11 ET SAMEDI 12 AOUT 2017

Rédacteurs : Denis Matarin pour le 10 août et Patrick Cabrol pour le 11 et 12 août
JEUDI 10 AOUT :
Participant : Denis Matarin
But : Pose de l’électricité dans la grande salle du 2° étage
Temps passé :  2h30
Travail réalisé : dépose du vieux néon, et pose des câbles électrique pour l'éclairage et les prises. Marquage sur le mur des emplacements des boites d'encastrement pour Patrick et Jean qui doivent poser les plaques de placos.

La famille Bourrely à l’œuvre.
 
VENDREDI 11 AOUT :
Participants : Patrick et la famille Bourrely : Jean, Charles, Pierre et Astrid
But : Pose du placoplâtre dans la grande pièce du second étage
Temps passé : 3 heures (de 14 à 17 heures)
Réalisation : Arrivé dès le matin à 10h au local je fais un peu de ménage, un peu de lessive (torchons, serviettes), je poursuis les rangements etc. avant de monter au second étage pour commencer à travailler dans la grande pièce. Il faut d’abord apporter l’ensemble des panneaux de placoplâtre qui sont stockés dans la pièce voisine et réfléchir au puzzle de montage avec un plafond bien en pente puisque nous sommes sous le toit. Le but est d’avoir le moins de chutes possibles avec des découvertes à 30° et en utilisant bien sûr les restes des chantiers précédents qui ont été bien rangés. Des montants sont ajoutés pour faciliter le travail à venir. Le premier panneau est posé seul.

Mise en place des trous pour l'électricité.
 
La famille Bourrely arrive en force en début d’après-midi, le second étage va rapidement se transformer en ruche avec de la découpe, la réalisation des ouvertures pour laisser passer la place des interrupteurs, des prises de courant, puis de la pose finale. Nous commençons par le côté droit (Sud) avant de poursuivre par le côté gauche (Nord).
Il nous manque malheureusement 1 plaque et demie de placo pour finir tout ce chantier. Il faudra donc attendre la prochaine arrivée de matériel. En attendant nous donnons un coup de balai, nous rangeons un peu partout car le jeu des chaises musicales continue. Il va falloir maintenant penser à poser l’isolation et le placoplâtre sur le mur ouest de la pièce il faut donc déplacer la moitié des objets de cette pièce.

Il nous manque un peu plus d'une plaque pour finir le chantier.
SAMEDI MATIN 12 AOUT
Participants : 5 avec Patrick Cabrol, Alina et la famille Bourrely : Jean, Charles, Pierre
But : Désobstruction. Le travail à la grotte du Portable devient un peu plus difficile quand il faut faire 30 mètres à plat ventre pour arriver à la zone de travail. Il faut donc mettre toute la cavité au gabarit « Quatre pattes » pour mieux avancer, se croiser et surtout manipuler les déblais. C’est ce que nous devons faire aujourd’hui en commençant par la galerie d’entrée : la galerie Racine.
Temps passé : 3H
Travail réalisé : Nous nous retrouvons à 9 heures au local, préparation des outils et départ de suite à la grotte du Portable. Nous nous séparons en trois groupes :
. Jean et Aline ont pour mission d’élargir le virage sur la droite au bout de la galerie Racine et de permettre de voir comment continue la galerie en face, avant son virage.
. Patrick se positionne à l’extrémité de la galerie Racine au moment où il faut se mettre allongé pour progresser.
. Charles et Pierre restent dans la zone d’entrée pour tirer et vider les gamates et pour approfondir de 10cm la galerie d’entrée.

Grotte du Portable : Charles chargeant la mule !!
 
En fin de matinée nous avons bien progressé.
. Jean et Alina ont dégagé le coude et on voit le prolongement direct de la galerie Racine qui se ferme en ce moment avec une grille de concrétions qui obstrue tout… et derrière, si ???!...
En observant la galerie dans le virage on remarque qu’elle fait 3 m de large avec toute sa partie supérieure comblée d’argile et de terre. On n’a aucune idée de la profondeur mais manifestement la galerie présentait une grande section avant son comblement.
. Patrick a tenté de casser le bloc qui obstrue la galerie en travers, ce fut impossible de le sortir malgré le dégagement dont il a fait l’objet. C’est difficile car ce bloc est enrobé d’argile calcifiée en nodules, rendant le tout résistant et solidaire… On remettra cela cet après-midi.
. Charles et Pierre ont bien rempli leur rôle de videur de gamates et ont approfondit le passage du sol à l’entrée. Encore un p’tit coup et ce sera bon !
Nombre de gamates ressorties : 15 gamates

Astrid tape sur le piochon avec la massette.
 
SAMEDI APRES-MIDI 12 AOUT :
Participants : 6 avec Patrick, Alina et la famille Bourrely : Jean, Charles, Astrid et Henri
But : Poursuite de travaux de désobstruction
Temps passé : 3H30 (de 15H15 à 18H45)
Travail effectué :
. Jean et Alina partent dans la zone découverte la dernière fois afin de travailler dans le puits obstrué de blocs. Il y a peu de place car ils ont du mal à tourner la tête dans la galerie ! Malgré ces contraintes ils réussissent à descendre de 50 cm dans le puits en déblayant de l’ordre de 5 à 6 gamates. Le puits semble s’élargir en descendant… assurance obligatoire pour travailler des fois que le sol descendrait plus bas !
. Patrick reprend son travail à l’extrémité de la galerie des racines avec Astrid qui sera d’une aide précieuse. En effet sa petite taille lui permet de s’asseoir « confortablement » et donc de pouvoir donner des coups de massette sur le piochon que je tiens. Il s’enfonce ainsi dans la croûte argileuse. Il n’y a plus qu’à le basculer et on arrache 10 cm de remplissage à chaque mouvement. C’est efficace et rapide. Avec ce système nous déblayons quatre mètres de galerie sur 60 cm de large que nous approfondissons de 15 à 30cm selon les endroits. En dehors de la pierre du départ de ce travail qui nous a encore opposé de la résistance nous avons un vrai boulevard pour courses à 4 pattes depuis le carrefour d’entrée. Astrid s’en ai donnée à cœur joie !
. Charles a été chargé de la lourde tâche de ressortir dehors toutes les gamates de déblais. Vu qu’il était seul il a fallu qu’il fasse les allers et retours toute l’après-midi en poussant ou en tirant. Il a eu du travail car la quantité de déblais remué a été conséquente dans cette galerie.
. Quant au petit frère Henri, il passait d’un chantier à l’autre pour vérifier ce qui s’y faisait.

" je suis contente du résultat, regardez comme on creuse bien !"
 
Faute de temps nous n’avons pu ressortir tous les déblais qui étaient prêt. Pour la prochaine fois il faut compter environ 5 à 6 gamates à ressortir au début des travaux.

Nombre de gamates ressortie : 20 gamates en comptant pour trois le très gros bloc qui a pris le chemin de la lumière.
Nombre de gamates remuées au niveau de la désobstruction du puits : 5 à 6
Total pour la journée : 35 gamates ressorties et 5 à 6 remuées
Au court de cet après-midi un courant d’air frais est venu nous chatouiller le visage. C’était bien agréable !
Nous sommes ressortis de la cavité fourbus avec mal aux coudes, aux genoux, aux mains mais nous pourrons largement profiter la prochaine fois de ce travail d’élargissement du chantier. Vu l’endroit où se situé la zone de travail actuelle, je pense qu’il faudra encore une nouvelle équipe pour élargir et surtout approfondir, surtout la zone du puits qui mesure 40 à 50cm de haut, où on ne peut tourner le casque facilement sur deux à 3 mètres de longueur.

Maintenant : vivement mercredi le début du nouveau camp !

La galerie est prête pour la course à quatre pattes !!
PHOTOS : SCMNE - Patrick

mardi 8 août 2017

Lundi 7 et mardi 8 août 2017 - Rivière Morte, topographies

Rédacteur : Jean Bourrely

Localisation : rivière Morte, Courniou
But de ces visites : exploration, topographie

Lundi 7 août 2017 : Rivière Morte, topographie

Localisation : Rivière Morte, Courniou
Participants : 2, Jean et Pierre Bourrely 
Durée : 4h

Compte rendu : Après la visite du 2 août vers l'Ouest, cette fois, c'est du côté Est où nous allons. Mais auparavant, nous testons avec plaisir le nouvel amarrage tout confort posé à l'entrée. Topographie minutieuse durant la descente, jusqu'au fond de la rivière, puis retour. Remontée facile.

Mardi 8 août 2017 : Rivière Morte, topographie


Localisation : Rivière Morte, Courniou
Participants : 2, Jean et Pierre Bourrely 
Durée : 6h

Compte rendu : Toujours le côté Est; nous voulons compléter et vérifier le plan existant.Nous pourrons ainsi conforter la position de la cavité par rapport à la surface et aux autres trous environnants. Côté exploration, nous visitons en détail les plafonds, et tentons de monter le plus haut possible dans chaque galerie montante. Chacun de ces départs est localisé précisément.

Au bout de la rivière, nous revoyons une pauvre créature perdue : un crapaud décharné, que nous avions déjà rencontré 15 jours plus tôt durant le camp. La prochaine fois on emportera une boîte pour le sauver. Depuis combien de temps est-il là ? Par où est-il arrivé ? Dommage qu'il ne se transforme pas en prince charmant pour nous répondre ...


Vendredi 04 et samedi 05 Août 2017 - Topo grottes du Portable et Eddie + travaux local.

Grotte Eddie : le ciel vu depuis le fond.
 
COMPTE RENDU DU TRAVAIL EFFECTUE
LES VENDREDI 4 ET SAMEDI 5 AOUT 2017

Rédacteur : Patrick CABROL

But de ces deux jours : Pour ces deux jours le temps va être partagé entre le travail au local et la topographie du trou Eddie et celle de la grotte du Portable.

Date : Vendredi 4 aout

Participants : Patrick Cabrol et Jean Bourrely

Grotte Eddie : vers le fond, c'est pas large !!
 
Travail réalisé : Dès 13H, je commence à placer les rails du mur Est au second étage du local lorsque Jean arrive à 15H. Nous avons plusieurs choses à faire et décidons de partir immédiatement faire la topographie du Trou Eddie.
Nous rentrons dans la cavité à 16H. Nous en sommes très heureux car la température externe est très chaude avec ses 35°, cela contraste beaucoup avec les 12,5° de la cavité où on se sent très bien.
Nous descendons très facilement le premier petit puits de 4 mètres, creusé dans un joint de strate et donc tout à fait normalement incliné avec un pendage sud. Nous arrivons alors à une courte galerie horizontale de 5 mètres de long qui se termine par un coude à angle droit, très étroit, d’où sort du courant d’air (visibilité 1,5m)
En bas du premier puits nous passons une ancienne étroiture, bien élargie, et descendons de 3 mètres de plus pour atteindre un premier niveau intéressant.
A partir de là, une galerie (de 0,80 de large x 1,2 de haut) entièrement colmatée au bout de 2 mètres se dirige en plein massif. Sur son bord droit on observe un très beau remplissage.
A partir de ce point on peut bien observer directement l’entrée de la cavité 7 mètres plus haut.
Revenant sous l’entrée la galerie descend alors à 45° et se resserre fortement, pour céder la place à un passage étroit rempli de sable argileux. Dessous difficile de bouger, impossible d’y être à deux ensemble. Il y a de l’air un peu partout, le sol est très argileux mais ici c’est un peu plus humide et les remplissages collent aux vêtements. Manipuler les outils de topo, le crayon et le carnet de notes ne sont pas évident ici, même si on a vu bien pire !!!
Nous faisons la topographie de la cavité en remontant et nous ressortons à 17H30... qu’il fait chaud ! Il faudra revenir…

Grotte Eddie : topographie "dans les grands boulevards".
Samedi 5 août :

Participants : Patrick Cabrol, Jean Bourrely et Alina.

Travail réalisé :
9H30 au local. Nous commençons la journée par nous rendre à la grotte du Portable afin de faire la topographie des découvertes du camp de juillet. Le développement est peu important mais nous verrons qu’elle allure prend la cavité qui doit approcher les 50 mètres de développement total. Le travail reprend pour le pont du 15 août et nous avons besoin de savoir où chercher avec de l’air un peu partout.
Alina et Jean partent au nouveau terminus afin de lever le plan pendant que Patrick reste dans la galerie des racines, vers l’entrée, afin de creuser le sol dans le but de passer partout à quatre pattes et non plus allongé comme au départ, afin de ne plus se cogner le dos au plafond. Même si le sol à cet endroit n’est fait que d’argile il avait oublié que l’argile sèche se comporte comme du béton, ou presque… la mémoire est vite revenue. Le sol a ainsi été abaissé sur une longueur de 3 à 4 mètres. Durant les instants de repos j'ai pu observer les parois de la galerie, ce qui m'a permis de voir que l'eau a circulé ici à grande vitesse lorsque cette galerie s'est formée en profitant d'une belle fracture visible au plafond. Cette "grande vitesse" donne de l'espoir pour la suite ! Il faut continuer à dégager  vers le fond en cassant un gros caillou qui barre le passage obligeant à totalement s’allonger. Six gamates ont ainsi été ressorties. Retour aux voitures et… retour à la chaleur…

Pose des rails et montants au 2° étage.
 
Nous nous retrouvons au local après déjeuner afin de poursuivre les travaux au second étage. L’achat de 4 montants de 3m de longueur nous a considérablement facilité le travail par rapport aux cogitations que nous avons eu avec les longueurs de 2,5 m déjà présentes au local.

A trois le travail fut rondement mené et à 17H30 nous avions fini de poser tous les rails et montants.

L’électricien de service va pouvoir venir prendre la suite avant de poursuivre ce chantier qui devrait être vite terminé.

Ensuite ce fut la douche ou la piscine selon les cas et surtout un retour au frais, car sous le toit du local nous avions chaud malgré toutes les ouvertures et courants d’air. Un petit orage (hélas trop petit) a rafraîchi un peu l’atmosphère le soir même, mais il aurait fallu de l’eau, beaucoup d’eau !

Avant de passer à table je suis allé photographier la perte de la Salesse située en face du local. Toute l'eau disparaissait avec un bruit de cascade souterraine. Une dizaine de truites tournaient en rond dans la dernière flaque d'eau en espérant que le niveau ne continue pas à baisser !

Perte de la Salesse ....
PHOTOS : SCMNE - Patrick
.... devant le local après les jardins.

Mercredi 26 juillet, vendredi 28 juillet, dimanche 31 juillet et mercredi 02 août 2017 - quelques sorties.

" Ah oui ! c'est bleu ! "
Mercredi 26 juillet 2017 : Portable, exploration et élargissement

Rédacteur : Jean Bourrely
Date : Mercredi 26 juillet 2017
Localisation : Portable, Courniou
Participants : 2, avec Alina
Durée : 2h30
Compte rendu : Notre objectif était de revoir la zone découverte
dernièrement au Portable, et si possible de continuer les travaux de
désobstruction. Il faut 10 minutes pour parcourir, souvent en rampant,
depuis l’entrée jusqu’au bout de la découverte. C’est beaucoup, pour ces
quelques dizaines de mètres !
Nous avons donc un peu travaillé sur l’approfondissement de certaines
zones difficiles : il n’est pas encore possible de passer à quatre
pattes (le rêve …), mais ça viendra.

" Alors c'est ça la Zoubida ! "
Vendredi 28 juillet 2017 : Rivière Morte, exploration

Rédacteur : Jean Bourrely
Date : Vendredi 28 juillet 2017
Localisation : Rivière Morte, Courniou
Participants : 2, avec Pierre Bourrely
Durée : 6h
Compte rendu : Nous nous devions de revenir après la visite du 19
juillet. En effet, malgré nos efforts impossible de retrouver le passage
vers le réseau aval ce jour-là ; c’est pourtant celui qui a le plus long
développement. Les anciens nous font part de leurs souvenirs, ça passe,
ce n’est pas trop difficile, oui, mais par où ?
Nous sommes donc entrés vers 12h00 dans cette cavité dont les premiers
mètres sont laborieux mais dont les galeries sont assez monumentales.
Assez rapidement, en fait, nous trouvons un départ en hauteur, il
suffisait d’escalader un peu. Une corde de 7-8 mètres est utile pour
sécuriser l’endroit. On accède à une galerie supérieure, bien
concrétionnée, d’où on peut voir en contrebas la rivière asséchée à
cette période de l’année.
Nous l’avons donc d’abord parcourue aussi loin que possible, remarqué
les zones non topographiées sur le plan du club, exploré certaines, il
faudra revenir compléter un jour, prendre des photos aussi. Il y a de
nombreuses possibilités.

Au niveau de la « bifurcation », un évent étroit plonge vers le bas à
travers le calcaire bleu comme dit la description disponible au club.
Mais au-dessus, une galerie étroite nous mène après quelques reptations
à un ancien chantier : tiens, une gamatte abandonnée. On a creusé ici.
Plus loin, la galerie se sépare en trois parties, mais qui finissent par
se rejoindre au sommet d’un boyau incliné empli de sable. Encore des
traces de nos anciens : un vieil amarrage et une corde ensevelie sous
20cm de sable permettent de descendre.
Le boyau est impressionnant, 20m de longueur, rectiligne, incliné de 30°
environ, le sable permet juste de passer ; il étouffe tous les sons, on
ne s’entend plus parler. Pour nous, après la descente de celui-ci et la
remontée fatigante, ce sera l’heure du retour, car il est tard ; il
faudra revenir, ça continue là-dessous.
Cache-cache avec une draperie immaculée.
Dimanche 31 juillet 2017 : Roquebleue, visite simple

Rédacteur : Jean Bourrely
Date : Dimanche 31 juillet 2017
Localisation : Roquebleue, Courniou
Participants : 3, avec Alina et Pierre
Durée : 4h30
Compte rendu : Nous voulions simplement visiter une belle cavité ce
jour-là, donc en route pour la visite, classique. Nous entrons vers 9h,
une petite surprise nous attend : une colonie de loirs a élu domicile
dans l’entrée ; l’un d’entre eux se trouve même dans la serrure quand on
ouvre la porte …
Salle des schistes, galerie Racine, petit détour pour voir les Sapins
d’argile, puis c’est le Sable et la pause grignotage du matin. Puis
aller-retour vers la Zoubida et vers la Galerie des Volcans. Pour ceux
qui descendent ici une première fois, c’est un ravissement.
Mon beau sapin roi des forêts.
Mercredi 2 août 2017 : Trou du châtaignier, ré-exploration

Rédacteur : Jean Bourrely
Date : Mercredi 2 août 2017
Localisation : Trou du châtaignier, Courniou
Participants : 2, avec Pierre
Durée : 3h
Compte rendu : Ce trou se trouve à proximité de la Rivière Morte, il y
aurait un passage vers elle à trouver d’ailleurs. Nous voilà donc à
l’entrée de cette cavité, muni du plan du club et après avoir lu la
description disponible.
Je le dis carrément : je n’aime pas l’endroit. C’est étroit, très étroit
; les passages sont difficiles à trouver, glissants, dangereux.
Finalement, nous avons fini par « recoller » la réalité avec la topo,
mais sans aller très loin : une dernière chatière, dans un plan incliné,
en descente, très étroite et équipée d’un amarrage rouillé a eu raison
de nous : demi-tour toute !
Si on revient ce sera :
- 1) avec une masse pour élargir un peu les étroitures
- 2) du matériel pour refaire les amarrages
Si on revient …
Tien ! un loir dans la serrure de la porte.
PHOTOS : SCMNE - Jean

mercredi 2 août 2017

Samedi 29 juillet 2017 - travaux au local.

Pose des tasseaux en bois et des rails en bas et en haut et les montants verticaux.
 
COMPTE RENDU DU TRAVAIL AU LOCAL
Vendredi et samedi 28 et 29 juillet 2017

Rédacteur : Patrick Cabrol
Lieu : Local du club
Date : Vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017
Participants : Vendredi 28 avec Patrick et Atik
Samedi 29 avec Patrick et Jean Bourrely
But : Pose de l’isolation et du placoplâtre sur le mur ouest au second étage du local a Courniou.
Temps : 3 heures le samedi
2 heures le dimanche matin
2 heures le dimanche après-midi

" ça pique les yeux ..."
 
Compte-rendu :
Le premier travail a consisté à finir le parquet le long du mur où le placoplâtre doit être posé. En effet lors de la mise en place de ce dernier nous avons été contrait de laisser un petit espace, car la longueur de deux lames de parquet mesurait exactement la longueur de la pièce moins 2 cm à une extrémité et 15 à l’autre ! Les découpages étaient donc difficiles. Le niveau a été récupéré et des lames de parquet posées perpendiculairement aux autres. Tout à très bien fonctionné, on pouvait continuer mais les problèmes n’étaient pas terminés il a fallu « imaginer ».

En effet la cheminée présente une dérive importante de 25 cm entre le haut et le bas par rapport à sa verticale, nous avons notre « cheminée de Pise ». Le placoplâtre du plafond tient à peu près mais présente des chutes de petits gravats… que se passe-t-il au-dessus etc… Il a donc fallu renforcer le tout, retrouver la verticale et cacher la misère.

Pose des panneaux de placoplâtre.
Le premier travail a consisté à sécuriser le plafond avec un tasseau vertical, rejoignant un tasseau horizontal appuyé sur la cheminée d’un coté et le plafond en milieu de pente de l’autre. Le tout a été coincé un peu en force et semble présenter une bonne assise de travail pour la suite.

A partir de là nous avons posé les rails et les montants qui ont été vissés sur le bois ou le placoplâtre à chaque fois que cela était possible. A ce moment-là nous avons pu dire que tout était vraiment solide et l’arrachement très difficile.

Pose du dernier triangle de placoplâtre.
La laine de roche a ensuite été déposée et le placoplâtre a finalisé l’ensemble. Nous sommes assez contents du résultat car c’est propre. Il ne reste plus que les joints à faire et un coup de peinture mais nous verrons cela plus tard… Nous sommes toujours dans l’urgence des rangements…

Nous avons ensuite monté au second étage l’étagère livrée par Denis dans la semaine. Elle a rejoint sa place dans ce nouvel emplacement. Des tasseaux temporaires redonnent une allure horizontale aux planches qui ont supporté le poids de nombreux livres…
On continuera très vite les travaux avec le mur situé en vis-à-vis (samedi prochain 4 août ?).

L'étagère est en place avec une cheminée présentant un air penché.
PHOTOS : SCMNE - Patrick

Samedi 22 juillet 2017 - sortie photos à Roquebleue.

Samedi 22 juillet
Sortie photos à Roquebleue

Rédacteur de la fiche : Denis Matarin

Date : samedi 22 juillet 2017

Localisation : grotte de Roquebleue – commune de Courniou les grottes

Participants : 7

Accompagnateurs :
Jean Bourrely – accompagnateur en formation
Denis Matarin

Club visiteur (s) : Spéléo Limbourg – SGM Bâle – CMH et MAD TEAM (Catalogne)

René Prévot
Hansrudolf Meier
Roger Martin
Josep Herrerias
Solanas Rafael

But : sortie photos

Durée : 8 heures

Réalisation :

Sortie européenne aujourd'hui, avec diverses langues parlés, mais le langage des signes spéléo est universel. Il me faudra quand même faire un effort pour apprendre un peu l'anglais.

Sinon, sortie classique dans la grotte avec les parcours traditionel : salle du Schiste, méandre bleue, la galerie du Sable, la galerie des Volcans et l'incontournable visite à Zoubida.

Beaucoup de photos dont vous trouverez un petit aperçu içi. Pas de baratin, laissons parler les images. 























PHOTOS : Josep, Rafael, Hansrodolf, René et Denis.
De gauche à droite : Josep, Rafael, Jean, Roger, Denis, Patrick, René et Hansrodolf ...

... et ne pas oublier le drapeau !!